« Je veux être célibataire à deux avec toi » : la lettre la plus connue d’internet.

Vous imaginez une relation dans laquelle votre conjoint et vous établissez les normes que vous voulez, qui ne répondent pas aux canons sociaux, mais qui vous conviennent à vous?

“Je veux être célibataire à deux avec toi » est une lettre qui a fait le tour du monde sur internet, ces derniers temps.

Peut-être que son succès est dû au fait que ce soit une déclaration d’intentions.

Ainsi, que nous nous sentions ou non identifiés à son contenu, sa lecture éclaire énormément pour comprendre que notre âme soeur est cette personne avec qui nous pouvons être nous-même, dans toute notre essence.

Lisons cette lettre :

“J’ai envie d’être célibataire à deux avec toi.

J’ai envie que tu ailles prendre une bière avec tes amis, que tu sois fracassé le lendemain matin et que tu me demandes quand même d’aller te rejoindre parce que tu as envie de m’avoir dans tes bras, qu’on se blottisse l’un contre l’autre en grognant. J’ai envie qu’on parle dans le lit le matin de toutes sortes de trucs, mais que parfois, l’après-midi, on décide de prendre chacun un chemin différent pour la journée.

J’ai envie que tu me racontes tes soirées avec tes potes. Que tu me racontes qu’il y avait une fille au bar qui te faisait de l’œil. Que tu m’envoie des textos quand tu es saoul avec tes amis, que tu me dises n’importe quoi, juste pour t’assurer que moi aussi je pense à toi.

J’ai envie qu’on se mette à rire en faisant l’amour. Qu’on se mette à rire parce qu’on essaie des nouveaux trucs et que ça n’a juste pas d’allure. J’ai envie qu’on soit chez nos amis, que tu me prennes par la main et que tu m’emmènes dans une autre pièce parce que tu n’en peux plus et que tu as envie de faire l’amour avec moi. J’ai envie d’essayer de rester silencieuse alors qu’il y a des oreilles qui pourraient nous entendre.J’ai envie d’aller manger avec toi, que tu me fasses parler de moi, que tu parles de toi. Qu’on épilogue sur Rive-Nord versus Rive-Sud, banlieue Ouest versus banlieue Est.

J’ai envie qu’on imagine le loft de nos rêves, tout en sachant qu’on ne déménagera probablement jamais ensemble. Que tu me parles de tes projets qui n’ont ni queue, ni tête. J’ai envie d’être surprise. 

J’ai envie d’avoir peur avec toi. De faire des trucs que je ne ferais pas avec un autre, parce qu’avec toi, j’ai confiance! De rentrer trop saoule après une bonne soirée avec les amis, baiser et se foutre de tout. Que tu me prennes le visage, que tu m’embrasses, que tu te serves de moi comme ton oreiller tellement tu me serres fort la nuit.

J’ai envie que tu aies ta vie. Que tu décides sur un coup de tête de partir en voyage quelques semaines. Que tu me laisses seule ici à m’ennuyer et à souhaiter avoir un petit pop-up de Facebook avec ta face qui me dit coucou.

J’ai envie de ne pas toujours être invitée dans tes soirées et j’ai envie de ne pas toujours t’inviter dans les miennes. Tout ça pour pouvoir te le raconter et t’entendre me raconter tes soirées le lendemain.

J’ai envie de quelque chose qui sera à la fois simple et pas si simple. Quelque chose qui fera en sorte que je me poserai souvent des questions.

J’ai envie que tu me trouves belle, que tu sois fier de dire que nous sommes ensemble. J’ai envie de t’entendre me dire que tu m’aimes et j’ai surtout envie de te le dire en retour.

J’ai envie que tu me laisses marcher devant toi pour regarder mes fesses aller de gauche à droite. Que tu me laisses gratter les vitres de mon auto l’hiver parce que mes fesses gigotent et que ça te fait sourire.

J’ai envie de faire des projets ne sachant même pas s’ils vont se réaliser. D’être dans une relation qui est tout sauf claire. J’ai envie d’être ta bonne pote, celle avec qui tu aimes traîner.

Je veux que tu gardes ton envie de flirter avec les autres filles, mais que tu reviennes vers moi pour terminer ta soirée. Parce que moi, j’aurai envie de retourner avec toi.

J’ai envie d’être celle avec qui tu aimes faire l’amour et t’endormir. Celle qui reste à l’écart quand tu travailles et qui aime tellement quand tu pars dans ton monde de musique.

J’ai envie de vivre une vie de célibataire avec toi. Que notre vie de couple, soit l’équivalent de nos vies de célibataires actuelles, mais ensemble.

Un jour, j’te trouverai”.

Cette lettre a été écrite par Isabelle Tessier et elle est consacrée à l’amour dont elle rêve: un “amour” qu’elle ressent comme indépendant et idéal.

On peut être d’accord ou non avec l’idée que cette femme défend, mais ce qui est clair, c’est que beaucoup de gens se sentent identifiés avec ces mots.

Que signifie n’être ni amis ni petits-amis ?

Etre amis sans être petits-amis suppose de rompre avec les barrières que nous nous imposons dans le cadre d’une relation.

Cela signifie que nous devons établir nos propres règles à partir de nos véritables besoins et inquiétudes et non pas à partir des expectatives que la société nous crée.

Aujourd’hui, les relations libres sans engagements sont à la mode. Selon les yeux qui les regardent, elles auront plus ou moins d’avantages.

Les personnes qui les acceptent et les désirent revendiquent au moins deux choses:

Une autre manière de profiter de la sexualité

Il se peut que deux personnes qui se plaisent et s’attirent souhaitent avoir des relations sexuelles sans établir un lien affectif qui exclue la possibilité d’avoir des contacts avec d’autres personnes.

Il se peut également que deux personnes s’aiment mais qu’elles n’aient pas besoin d’être exclusives.

Elles préfèrent être indépendantes et construire leurs vies sans avoir besoin de donner d’explications.

C’est l’idée que les deux membres du couple puissent décider des normes qui régissent leur relation, faisant fi de ce que la société ou les contes de fées leur ont vendu.

Evidemment, puisque cela se trouve en dehors des conventions, c’est quelque chose qui est extrêmement questionné.

Une aide pour gérer ses émotions

Ce type de relations aident à s’explorer et à mieux se connaître tant sur le plan sexuel que sur le plan émotionnel.

Etant donné que cette situation est complexe au vu des sentiments que cela implique, le fait de résoudre les doutes et les peurs peut aider à établir un certain contrôle sur les émotions.

Ce type de relation a autant de valeur que les relations conventionnelles ou formelles, à partir du moment où les deux parties partagent leurs idées et leurs aspirations.

Cependant, au moment où cette relation fait souffrir l’un des deux, il est important de couper court et de ne pas prolonger la douleur inutilement.

Il est probable que vous pensiez que la magie est alors perdue mais ce sont les deux personnes qui créent la magie, non pas celle de l’amour que nous devons tous connaître et auquel nous devons aspirer.

C’est pour cela qu’il est important d’insister sur le fait que chacun d’entre nous doit aspirer à respecter la capacité de décider et les critères de chacun, pour savoir quel est le type de relations qu’il veut avoir dans sa vie.

Ainsi, même si la liberté en amour est encore un sujet tabou dans notre société, de plus en plus de voix s’élèvent pour promouvoir la tolérance et la liberté d’expression.

Ainsi, laissons chacun décider librement de la manière dont il veut vivre ses relations.

La lettre a été publié tout d’abord par le HuffPost Québec, et a été traduite en anglais pour The Huffington Post par María Ulzurrun.

Source : amelioretasante.com

Commentaires

Commentaires