15 Histoires qui nous ont fait rire et pleurer en 2016

La vie est remplie d’événements fantastiques, drôles, émouvants, et, parfois tristes. Voici le type de récits rapportés par divers individus autour de nous ou sur les réseaux sociaux qui ont fait rire et pleurer cette année.

  • Hier soir, il y a eu un incendie dans notre maison. Heureusement, avec toute ma famille et mon chien, nous avons réussi à fuir les flammes. Soudain, je me suis rappelé que la tortue était encore à l’intérieur… J’ai regardé mon chien et il l’avait dans son museau. Voilà comment mon meilleur ami a sauvé la vie de son meilleur ami.
  • J’étais en train de faire la queue dans un magasin aujourd’hui. Devant moi, une fillette de 9 ans demandait à sa maman un chocolat. Après quelques « non », la mère céda et le lui acheta. La fillette prit le chocolat, retourna dans la file et le donna à un enfant qui était en train de pleurer derrière moi. Sa maman lui demanda pourquoi elle lui avait donné le chocolat et la fillette répondit qu’elle avait entendu que la mère de l’enfant lui disait qu’elle n’avait pas assez d’argent et qu’elle n’arrivait pas à trouver de travail. Si quelqu’un a un bon coeur, il l’a depuis l’enfance.
  • Il y a quelques jours, un grand-père est venu au salon de coiffure où je travaille. Habillé à la mode des années 1970, très soigné, j’ai tout de suite ressenti de la tendresse pour lui. Il má demandé de bien lui couper les cheveux, de lui faire une coupe à la mode. Je l’ai fait, on n’a pas beaucoup parlé. Cependant, j’ai pensé qu’il paraissait très soigneux et plutôt séduisant pour son âge.
    En plus, à cet âge, ils demandent généralement des coupes “rapides“ et ”courtes“, et non “à la mode”. Il a mis ses lunettes et a demandé : ”ça me va bien ?“. La fille du fauteuil d’à côté : ”Ouiii, on dirait un marié !“. On a toutes souri et lui, avec une touche offensée dans la voix : “C’est ce que je suis, un marié”. Un sourire complaisant est apparu sur nos visages : oui, c’est un grand-père jeune dans l’âme, si seulement ils étaient tous comme ça.
    Entre-temps, le petit vieux, retouchant ses cheveux et se levant du fauteuil, a dit : “Aujourd’hui, on fête nos noces d’or”.
    J’en ai eu la chair de poule, les amis.
  • Cela fait deux ans et demi que ma mère est décédée. Aujourd’hui ma soeur m’a envoyé une photo en disant : “Tu te rappelles de ça ?“. C’était une photo de gants que ma maman m’avait tricoté pour qu’ils aillent avec ma veste, mais elle n’a pas eu assez de temps, un doigt n’était pas terminé. Ma soeur a trouvé le fil de laine de la même couleur, elle a terminé le doigt et m’a écrit : ”C’est pour toi, un souvenir de maman ». Je suis au travail et je ne peux pas m’arrêter de pleurer.
  • Je m’appelle Katia, j’ai 25 ans. Mon fils en a 8 et est en CE1. Je l’ai eu quand j’avais 17 ans et je n’ai pas eu l’opportunité de recevoir une bonne éducation. Maintenant, je travaille comme vendeuse dans un magasin de vêtements et je ne gagne pas beaucoup. Mon fils étudie dans une école privée et j’utilise l’argent qui me reste pour la payer afin qu’il ait une bonne éducation. A l’école, ils ont donné comme devoir d’apporter ce qu’ils aimaient le plus et d’écrire un essai dessus. Un enfant a amené une tortue ; un autre, un chien ; une fille a montré sa tablette et son portable Apple ; et mon fils… il m’a emmenée moi. J’ai même pleuré pendant qu’il lisait son essai. Même si je ne peux pas acheter à mon fils ce que les autres parents peuvent, je me suis rendue compte qu’il ne m’aimait pas pour l’argent. Hier j’ai aussi réalisé un de ses rêves : nous avons adopté un chien, sans race mais fidèle et gentil, et je lui ai acheté un bon téléphone portable à la portée de mon salaire.
  • Quand j’étais petite, au premier étage de notre logement vivait un homme d’une cinquantaine d’années. Il avait l’air bizarre parce qu’il portait toujours des costumes et des lunettes noires et il n’avait pas d’épouse, ni d’enfant. On l’appelait Fantomas, on frappait à sa porte et on partait en courant. J’ai appris par la suite que ce voisin avait été espion toute sa vie. J’ai ressenti beaucoup de tristesse pour lui et je lui ai offert ce que j’avais de plus précieux à ce moment-là : mon chat. Je lui ai dit : « Acceptez le chat pour que vous ne vous sentiez plus si seul ».
  • Dans mon travail, la femme de ménage est très vieille. Elle vouvoie tout le monde. J’ai dit à ma collègue que ça me paraissait très bizarre que la petite vieille, qui est trois fois plus vieille que nous, nous vouvoie ; sa réponse me heurta : “Elle reste simplement à sa place. C’est une femme de ménage et nous, les employés de l’entreprise“. J’ai parlé à cette dame et lui ai demandé de me dire ”tu“. J’ai découvert qu’elle vivait seule et qu’elle avait deux diplômes, elle était botaniste. Elle travaille dans notre entreprise parce que “ils sont tous jeunes et beaux. Et moi je suis seule, je n’ai personne. Je les vois et cela me réchauffe le coeur !”. J’ai appris qu’elle rêvait d’un chat perse blanc mais qu’elle n’avait pas d’argent pour se l’acheter. Pour son anniversaire, mon mari et moi lui avons offert le chat. La petite vieille de 78 ans pleurait comme une fillette !
  • Hier mon épouse est rentrée du travail irritée et fatiguée. Elle a râlé parce que je n’avais pas fait la vaisselle et parce que j’avais laissé une chaussette sur la fenêtre. L’engueulade était proche, mais j’ai trouvé une astuce. Je l’ai vite enroulée dans une couverture, lui ai donné une tasse de thé et suis allé faire la vaisselle. L’important c’est de tout faire VITE et SILENCIEUSEMENT (en ne disant absolument rien). Dix minutes passèrent et elle s’était calmée, s’était détendue, et s’est même excusée pour son comportement. Voici le grand secret pour une relation parfaite. Je ne comprends pas pourquoi tous les hommes ne se passent pas le mot.
  • Je devais régler certaines affaires urgentes, mon mari tardait au travail et j’ai du demander à mon frère de garder ma fille de 5 mois. Je lui ai laissé la nourriture prête et tout ce dont il pouvait avoir besoin. Une heure après, je suis rentrée dans la maison sans faire de bruit pour ne pas réveiller le bébé. Voici ce que j’ai vu : mon frère de 30 ans et 110 kg de muscles, enroulé dans une couverture de tigre comme si c’était une toge, nourrissant mon bébé. Il a dit qu’il voulait se sentir comme Madonna. Maintenant j’ai une raison de me moquer de lui pour les 20 prochaines années.
  • Il y a quelques jours, je suis rentrée plus tôt du travail. J’étais en chemin pour la maison et je pensais : “Dès que je vais arriver à la maison, ma femme sera contente ! Qu’est-ce qu’elle sera en train de faire ? Peut-être qu’elle est en train de cuisiner, comme elle le fait toujours à cette heure-là“. J’arrive à la maison, j’entre et j’entends depuis la salle de bain le bruit de l’eau et une voix masculine brutale criant ”Du hast ! ». Furieux, j’arrive en courant à la baignoire, j’enlève le rideau et… je vois ma femme ! Il s’avère qu’elle adore chanter avec cette voix sous la douche… Tu n’imagines pas le soulagement que j’ai ressenti ! Je l’aime.
  • Ma voisine avait un perroquet avant. Très talentueux. En un court laps de temps, il a appris à reproduire le bruit de la sonnette. La pauvre voisine devait ouvrir la porte 20 fois par jour. Plus tard, on lui a offert un petit chien pour son anniversaire. Lorsque quelqu’un toquait à la porte pour de vrai, le chien commençait à aboyer. La voisine était très contente avec son chien. Mais son bonheur ne dura pas longtemps. Après deux semaines, le perroquet commença à « toquer à la porte » et ensuite à aboyer…
  • Quand j’avais 5 ans, ma marraine m’emmena à un spectacle pour enfants. Avant la représentation, on acheta des fleurs pour les offrir à un des artistes. Le spectacle se termina, tous les acteurs quittèrent la scène et les enfants commencèrent à leur offrir des fleurs. Ils reçoivent tous des fleurs, à part La Vache. L’homme qui la jouait se mit à part et était très triste. Alors je me suis approchée et je lui ai offert mon bouquet. Il était tellement touché qu’il ma prise dans ses bras et qu’il a salué le public avec mes fleurs. Comme s’il voulait dire : « Regardez, on m’a aussi offert des fleurs, j’ai aussi plu à quelqu’un ! » Ce fut ma première sensation de joie pour avoir fait quelque chose de bien.
  • Mon mari et moi sommes allés faire les courses dans un grand supermarché. Il devait acheter quelque chose, c’est pour ça que nous avons décidé de faire nos achats séparément. En passant entre les allées, j’avais pris tout ce dont j’avais besoin, et soudainement j’ai vu mon mari avec un chariot énorme rempli de courses. J’étais surprise. A côté de lui, un vieux mal habillé et embarrassé. Mon mari lui a acheté toutes ces choses, l’a emmené dans un taxi et est revenu comme si de rien n’était. Ensuite, quand je lui ai demandé pourquoi il avait pris autant de temps, il a répondu qu’il était en train de regarder des outils. J’adore mon menteur !
  • Ma fille et moi faisions la queue dans un magasin. Elle avait trois ans. Elle portait un manteau en peau blanc, un bonnet doux et des bottes avec des perles. Ses yeux paraissaient énormes et elle ressemblait à une poupée. Soudain j’entendis un petit gars de cinq ans pleurer derrière moi : « Maman, je veux cette fille ! J’ai besoin d’une fille comme elle ! Je ne peux pas vivre sans elle ! ». Sa maman et moi étions mortes de rire, les enfants ont fait connaissance, ont grandi et vont se marier cette année.
  • J’ai rencontré un garçon en faisant la queue pour faire des démarches administratives. On y est resté 5 ou 6 heures, et après on est allés se promener. On s’est promenés jusqu’au lever du jour comme si on se connaissait depuis mille ans, on a parlé de tout et de rien. On est arrivés devant chez moi à 6 h du matin. Il m’a demandé mon numéro de téléphone, a sorti son téléphone mais il n’avait plus de batterie. On n’avait pas de papier, ni de crayon. Et il n’y avait personne à qui demander. C’est alors que j’ai compris qu’il n’existe pas de “je ne peux pas“ mais plutôt de ”je ne veux pas“. Bref, il a cherché aux alentours et est soudain apparu avec un bout de bois et un morceau de charbon qu’il avait trouvés. Il a écrit mon numéro de téléphone sur le bois, il l’a mis sur son épaule et il est rentré chez lui pour ensuite écrire mon numéro sur un papier. Plus tard, sa mère me raconta qu’elle resta sans mot : son fils était parti faire des démarches administratives, il était injoignable parce que son portable était éteint et soudain il rentre à 6h du matin, heureux et avec un morceau de bois en disant : “Ne le touchez surtout pas jusqu’à demain”.
 Source : sympa-sympa.com

Commentaires

Commentaires

Aidez nous à nous améliorer..

Aimez notre page Facebook Svp. Merci.