Les 5 gestes qui sauvent à apprendre par cœur !!!

Les décès par mort subite sont la plupart du temps liés à un arrêt cardio-respiratoire. Sans une prise en charge rapide, les chances de survie à un arrêt cardiaque sont très minces. Il est donc important de connaître les 5 gestes à adopter si vous êtes le témoin d’un tel accident…

Apprécier l’état de la victime

Il faut s’assurer que la victime est en lieu sûr et apprécier son état de conscience. Il faut libérer les voies aériennes en desserrant ou dégrafant tout ce qui peut gêner la ventilation. Basculer doucement la tête de la victime en arrière en élevant le menton, de manière à éviter que sa langue ne tombe au fond de la gorge et obstrue les voies aériennes.

Alerter les secours médicalisés

Précisez l’emplacement exact où vous vous trouvez. Le message doit être très simple et très bref. Donner l’alerte très vite est crucial pour accéder à une meilleure prise en charge médicale.

Pratiquer la ventilation artificielle (le bouche-à-bouche)

Maintenez la tête de la victime en arrière et le menton en avant. Pincez la partie souple du nez entre le pouce et l’index puis ouvrez la bouche de la victime. Placez vos lèvres autour de la bouche de la victime puis soufflez progressivement pendant 1 à 2 secondes jusqu’à observer le début du soulèvement de la poitrine. Maintenir la tête de la victime en arrière, et écartez-vous de la victime pour regarder sa poitrine s’abaisser à nouveau. Puis prenez une autre inspiration et renouvelez la séquence pour obtenir deux insufflations efficaces. Essayez de rechercher une réaction de la victime aux insufflations. Cela peut-être des mouvements, une toux ou même une reprise de la respiration.

Réaliser des compressions thoraciques

Placez-vous à genoux au plus près de la victime. Repérez le creux situé en haut du sternum et placez-y l’extrémité de votre majeur. Placez ensuite le majeur de l’autre main à l’endroit du sternum où les côtes se rejoignent. La zone d’appui se situe juste au niveau des deux pouces. Appuyez ensuite la paume d’une main sur la zone d’appui. Placer l’autre main au-dessus de la première, si possible en entrecroisant les doigts des deux mains. Réaliser des compressions thoraciques de 4 à 5 cm en restant bien vertical. Il est important de ne pas fléchir les coudes, de tendre les avant-bras dans le prolongement des bras, et de bien garder les mains en place entre chaque appui. La durée de compression doit être identique à celle du relâchement de la pression thoracique.

Utiliser un défibrillateur semi-automatique

Deux minutes après le début de la ventilation artificielle, le sauveteur doit passer au défibrillateur cardiaque qui est un appareil capable de délivrer une quantité d’énergie d’origine électrique au travers du thorax de manière à resynchroniser l’activité cardiaque. S’il est semi-automatique, il est capable d’analyser l’activité électrique du cœur de la victime, de reconnaître un trouble cardiaque grave, de se charger automatiquement puis d’indiquer la délivrance du choc à son utilisateur.

Source : passeportsante.net

Commentaires

Commentaires