La discipline à utiliser pour élever des enfants heureux

L’éducation infantile est un sujet qu’ont développé des centaines de penseur-se-s, psychologues, éducateur-trice-s, sociologues et spécialistes. Aujourd’hui, nous avons une infinité de théories, et c’est pour cela que la décision dépend réellement de chaque père et de chaque mère. Cependant, la discipline positive peut être une excellente option pour élever des enfants autonomes et comblés.

Qu’est-ce que la discipline positive?

Selon l’auteur Jane Nelsennous pouvons considérer la discipline positive comme un ensemble d’enseignements à travers lesquels on prétend comprendre le comportement de l’enfant et la forme optimale d’aborder son attitude. C’est une sorte de guide pour ceux qui accompagnent l’enfant tout au long de sa croissance.

Pour appliquer la discipline positive, on utilise une série d’outils comme l’empathie et la communication. C’est en comprenant l’enfant et en lui donnant de la tendresse et de l’amour qu’on établit des relations qui permettent aux parents et aux mentors de reconduire des attitudes de manière respectueuse.

Un point singulier de cette technique éducative se retrouve dans l’absence de punitions. Elle base ses préceptes sur le respect entre l’adulte et l’enfant et la collaboration mutuelle, en montrant des compétences basiques que le petit développe de manière autonome sans excès de contrôle ou de permissivité exagérée. C’est un cadre où, avant toute chose, enfant et adulte se sentent à l’aise et en confiance.

Les accords dans la discipline positive

La discipline positive base sa fonctionnalité sur les accords. On cherche toujours à atteindre une entente entre le tuteur et l’enfant, toujours de forme cohérente, dans un milieu de règles qu’ils se sont eux-mêmes imposés et qu’ils doivent respecter.

Ainsi, tout type de décisions doit être basé sur la collaboration, en assumant les responsabilités que chacun-e a accepté antérieurement, aussi bien du côté de l’enfant que de l’adulte.

En ce sens, la discipline positive s’appuie sur quatre critères, qui sont l’amabilité et la fermeté, la connexion et l’importance de l’enfant, l’efficacité à long terme et les enseignements de valeur pour acquérir des compétences.

« Les enfants sont éduqués par ce que l’adulte est, et non par ses bavardages. » ( Carl Jung )

La punition dans la discipline positive

D’un autre côté, la punition est un outil qui se rejette totalement dans les bases de cette discipline éducative. Selon ses défenseur-se-s, avec cette technique, on n’atteint des résultats qu’à court terme, mais les conséquences peuvent être négatives au fil du temps.

Pour les défenseur-se-s de ces techniques, la punition provoque une attitude chez l’enfant qui peut être vue comme blessée, avec des élans de revanche. En plus, l’enfant peut devenir excessivement rebelle et même renfermé ou fuyant.

Cela est dû au fait que la punition inclut culpabilité et honte, ce qui ne sont pas des effets désirés ni réellement efficaces. C’est pour cela que certaines études démontrent que l’enfant peut devenir beaucoup trop soumis ou rebelle en raison de ces pratiques.

Méthodes utilisées par la discipline positive

Comme toute technique ou théorie éducative, on doit mettre entre les mains des parents et des éducateur-trice-s les outils nécessaires pour bien les mettre en pratique. Dans ce cas, si vous voulez appliquer cette technique avec vos élèves ou enfants, il faut que vous gardiez à l’esprit que :

  • Vous devez faire en sorte que les enfants développent les compétences les plus importantes. Ainsi, ils atteindront une plus grande autonomie, responsabilité, connaissance de soi, etc.
  • Il faut éviter des techniques qui donnent des résultats à court terme, comme c’est le cas pour les punitions.
  • Il faut écarter l’idée que, pour aller mieux, il faut d’abord se sentir très mal. Cet outil rejoint directement la négativité de la punition.
  • Il est nécessaire d’impliquer l’enfant de manière active dans l’établissement du cadre commun d’action, que ce soit pour l’imposition de normes, de responsabilités et de limites.
  • Les phrases et les attitudes envers l’enfant doivent être à tout moment pleines de tendresse et d’amabilité, mais jamais pleines de permissivité ou de condescendance.

« Il ne suffit pas d’aimer les enfants ; il est important qu’eux-mêmes réalisent qu’on les aime. »  ( Don Bosco )

Voilà ce qu’est la discipline positive dans ses grandes lignes. Une technique éducative que beaucoup de parents et de tuteurs sont en train de mettre en pratique, bien qu’elle n’ait pas encore un champ de diffusion suffisant pour connaître ses conséquences réelles. De toute manière, créer un environnement d’autonomie et de responsabilité pour l’enfant a toujours été la base d’un bon développement.

Source : nospensees.fr

Commentaires

Commentaires

Aidez nous à nous améliorer..

Aimez notre page Facebook Svp. Merci.